L'élimination des déchets

05/05/2017

L'élimination des déchets

Hygiène et sécurité

Toutes les structures de santé, publiques ou privées, doivent suivre une méthode spécifique d’élimination des déchets organiques, en respectant les normes en vigueur en matière d’hygiène et de sécurité. A l’instar des cabinets médicaux et des dispensaires, les cabinets dentaires sont eux aussi soumis à cette obligation sanitaire.

Lorsqu’il ouvre son cabinet dentaire, le dentiste est obligé de par la loi de signer un contrat avec une société agréée pour éliminer les déchets spéciaux. Durant les séances, toutes les matières organiques doivent être recueillies dans des bacs spécifiques généralement fournis par la société spécialisée, et être tenues à l’écart des déchets classiques.

Jusqu’au service d’enlèvement par la société agréée, les déchets spéciaux sont temporairement stockés dans les dépôts du cabinet.
Toutes les opérations d’élimination des déchets spéciaux d’un cabinet dentaire sont rigoureusement enregistrées, puis archivées et communiquées annuellement.
Le dentiste doit impérativement se faire remettre le reçu de livraison pour se dégager de tout type de responsabilité après l’enlèvement.

Ces déchets spéciaux sont soumis à une méthode d’élimination individuelle et contrôlée, dans la mesure où ils peuvent constituer un réservoir potentiel d’infection et de contagion.
Essentiellement constitués de matière organique de différente nature, les déchets spéciaux d’un cabinet dentaire peuvent également être subdivisés en déchets dangereux et non dangereux, en suivant donc un parcours similaire mais soumis à davantage de contrôles et restrictions.

Les déchets dentaires jugés dangereux peuvent être stockés dans le cabinet jusqu’à leur enlèvement et élimination par la société agréée, sous réserve d’être stockés à l’écart des professionnels de santé du cabinet, des patients et des tierces personnes.
Le plus grand danger lié aux déchets spéciaux dangereux concerne les maladies infectieuses, comme la Tuberculose ou le SIDA.
Les déchets spéciaux dangereux comprennent non seulement des parties anatomiques, aiguilles, gants, gazes et autre matériel utilisé et souillé de sang ou de sécrétions, mais aussi les amalgames, alliages communément utilisés par les dentistes pour les obturations, outre les liquides de développement et de fixation des radios.

La responsabilité quant à la dangerosité des déchets spéciaux relève du Directeur sanitaire du cabinet dentaire, jusqu’à leur remise à la société spécialisée.
Après enlèvement des bacs de collecte des déchets spéciaux, la société agréée procède à leur élimination définitive par un traitement de thermodestruction dans les sites d’incinération.
Du fait des très hautes températures atteintes, chaque micro-organisme pathogène potentiellement présent, spore, agent viral ou bactérien et autres matières inertes néfastes, sont totalement inactivés et détruits.

Les opérations de chargement et déchargement des déchets spéciaux doivent être notées sur des registres spécifiques, y compris au sein du cabinet dentaire, en vue d’obtenir une concordance avec les enregistrements effectués par la société d’enlèvement. Cette obligation ne s’applique toutefois qu’aux établissements publics, les cabinets dentaires privés étant, eux, exemptés de cette forme de contrôle ultérieur.

Les coûts d’élimination des déchets spéciaux incombent toujours au responsable du cabinet dentaire, mais donnent droit à une baisse de 20 à 40 % sur les taxes d’enlèvement des déchets publics urbains.

Catégories

Top

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" then you are consenting to this. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close